Chine: violation massive des Droits humain dans le Xinjiang

Les Ouïghours subissent une révolution "culturelle" violente

0

Hsiao Ying Tsai (correspondance)

La violation par les autorités chinoises des Droits de l’homme des Ouïghours du Xinjiang et d’autres minorités musulmanes continue de susciter de nombreuses inquiétudes dans la communauté internationale.

Tortures sévères, travaux forcés, avortements forcés, viols et agressions sexuelles, les Ouïghours subissent une “Révolution culturelle” basée dur des tortures physiques.

Leurs traditions et leurs croyances sont progressivement détruites. Le « Uyghur Human Rights Project » (UHRP) a déclaré dans un rapport jeudi 13 mai que le gouvernement chinois avait détenu à grande échelle des Ouïghours et d’autres imams musulmans turcs dans le Xinjiang dans le but d’interrompre » la transmission des connaissances religieuses entre.

Le rapport qui a comme titre « l’Islam dépossédé : la persécution par la Chine des imams et des religieux ouïghours » (Islam dépossédé : persécution par la Chine des imams et des religieux ouïghours ».

Dans les détails : 1046 imams et autres personnalités religieuses sont arrêtées. Sur ces 1 046 personnes, 428 sont toujours en prison. Et d’après des rapports fournis, 66% ont été condamnés à plus de 5 ans de prison et 25% ont été condamnés à plus de 20 ans de prison. En outre, 202 personnalités religieuses ont été détenues dans des camps de concentration.

Selon le UHRP, ces données confirment que des centaines de personnalités religieuses ont été condamnées à une peine d’emprisonnement à durée déterminée pour des activités et discours religieux quotidiens sans aucune procédure légale.

Les imams peuvent être condamnés à des peines allant jusqu’à 15 ans de prison pour “avoir appris aux autres à prier” ou pour “avoir refusé de brûler le Coran “. Ils seront également condamnés à la réclusion à perpétuité pour “diffusion parmi la population, d’idées qui touchent le fondement de l’organisation de la société “.

Omer Kanat, directeur du UHRP, a déclaré que «la chasse à grande échelle aux imams a révélé les intentions du gouvernement chinois : détruire complètement nos croyances et traditions ». Les imams sont des érudits de la religions islamique. Kanat estime que l’élimination des érudits religieux est une arme pour éliminer l’islam. ” Outre les imams, les mosquées semblent être devenues des cibles du Parti communiste chinois. Les journalistes de Reuters ont visité plus de 20 mosquées dans 7 comtés du sud-ouest et du centre du Xinjiang fin avril et ont constaté que la plupart d’entre elles avaient été partiellement ou complètement détruites. C’était le mois du Ramadan cette année (du 12 avril au 12 mai). Selon Reuters, le gouvernement chinois a déclaré qu’il y avait plus de 20 000 mosquées au Xinjiang, mais il n’y a pas de données détaillées sur leur état. Certaines mosquées qui sont encore utilisées ont des panneaux indiquant que les fidèles doivent s’inscrire et que les citoyens, les étrangers et les personnes de moins de 18 ans venant d’un autre district ne sont pas autorisés à entrer.

Les journalistes en visite sont presque toujours suivis par du personnel en civil et avertis de ne pas prendre de photos. Selon le rapport, des images récentes montrent un total de 31 minarets et 12 dômes verts ou dorés qui ont été démolis depuis avril 2018.

Les bâtiments de style islamique de certaines de ces mosquées ont été remplacés par des toits de style chinois, y compris la mosquée de la route Tianchi dans la ville de Changji, dont les dômes et les minarets dorés ont été démolis en 2018 selon des images satellite accessibles au public sur internet.

Après avoir enquêté sur 900 sites au Xinjiang, des chercheurs de l’Institut australien de politique stratégique (ASPI) ont estimé en 2020 que 16.000 mosquées avaient été partiellement ou complètement détruites au cours des trois dernières années.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré que les mosquées du Xinjiang ne plus répondaient aux besoins des croyants religieux. La porte-parole du Ministère des affaires étrangères, Hua Chunying, a déclaré que la plupart des mosquées du Xinjiang construites dans les années 80 et 90 ou même avant, sont devenues des bâtiments délabrés, et qu’en cas de vent et de pluie, les activités religieuses ne pouvant pas se dérouler normalement. Elle a également déclaré que ces dernières années, certains gouvernements locaux ont, conformément à l’appel des musulmans locaux, et selon le plan d’urbanisme et rurale en vigueur, ont procédé à de nouvelles constructions ou relocalisations, et des agrandissements.

Le problème des mosquées dangereuses a été résolu d’après les autorités chinoises, qui affirment que « les croyants sont également très satisfaits ».

L’Agence de presse officielle Xinhua du Parti communiste chinois a rapporté qu’Abdurekev Tumuniyazi, président de l’Association islamique de la région autonome ouïgoure du Xinjiang, a accusé les « forces antichinoises » aux États-Unis et en Occident de répandre des mensonges et des erreurs sur les mosquées du Xinjiang. Il a également déclaré : « L’état actuel de la liberté de croyance religieuse au Xinjiang est sans égale sur une période historique assez longue ».

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. AccepterEn savoir plus