La C.E. dénonce la «dépendance morbide» de la Chine et de l’Inde

0 9

La vice-présidente de la Commission européenne, Vera Jourova, a dénoncé dimanche la «dépendance morbide» de l’UE vis-à-vis de la Chine et de l’Inde en matière de fournitures médicales, qu’a révélée la crise du coronavirus.

«Cette crise a révélé notre dépendance morbide vis-à-vis de la Chine et de l’Inde en matière de produits pharmaceutiques», a déclaré Mme Jourova lors d’un débat à la télévision publique tchèque.

«C’est quelque chose qui nous rend vulnérables et nous devons y répondre par un changement radical», a ajouté la commissaire tchèque en charge des valeurs et de la transparence au sein de la Commission.

«Nous allons passer en revue les chaînes (d’approvisionnement)… essayer de les diversifier et, idéalement, de produire autant de choses que possible en Europe», a déclaré Mme Jourova.

«C’est une grande leçon que nous avons apprise», a-t-elle assuré.

La Commission européenne doit élaborer d’ici la fin du mois un plan stratégique relatif à cette question, avant de le soumettre au Parlement européen et aux dirigeants des États membres de l’UE, a déclaré Mme Jourova.

«Ce plan sera lié au nouveau budget de l’UE (pour 2021-2027). Si nous ne nous mettons pas d’accord rapidement sur le nouveau budget nous aurons de gros problèmes avec l’argent pour la relance et avec les sources de financement», a-t-elle prévenu.

La République tchèque, tout comme de nombreux États membres de l’UE, dépend des livraisons de masques de protection en provenance de Chine.

Prague, qui a commencé lundi à assouplir les restrictions imposées pour lutter contre la propagation du virus, a fait état dimanche soir d’un total de 6.701 cas confirmés de contamination, dont 186 décès à travers le pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. AccepterEn savoir plus