Trump acquitté : rendez-vous pris pour 2024

La tentation d’une nouvelle candidature est présente dans les premières paroles après la fin du procès

0

L’ex-président américain Donald Trump a été acquitté samedi et a échappé à un verdict de culpabilité à l’issue de son procès devant le Sénat américain. Il était jugé pour son rôle supposé dans les violences du 6 janvier au Capitole.

Il faut le dire que les élus démocrates en ont trop fait, Trump est sorti de la Maison blanche avec un arrière-plan de culpabilité pour « incitation à l’insurrection », après ce procès, il devient aux yeux de ses admirateurs un héros.

En effet silencieux jusqu’à présent, Donald Trump, s’est félicité aussitôt « de la fin d’une chasse aux sorcières ». Il a promis dans un communiqué de partager « dans les mois à venir beaucoup de choses » avec ses fidèles, assurant être « impatient de continuer /notre/ incroyable aventure pour la grandeur de l’Amérique ».

Son successeur, le démocrate Joe Biden, a estimé qu’en dépit de l’acquittement, le fond de l’accusation n’était “pas contesté”, et a demandé à ses concitoyens de défendre la démocratie, qui reste “fragile”.

A trop en faire il semble que les démocrates n’ont toujours pas compris que mettre Trump sous les feux de la rampe, lui sere de tremplin pour conserver la mainmise sur le Grand Old Party (GOP).

Des élus qui ont le regard tourné vers les prochaines élections n’hésitent pas clamer haut et fort : « Le Parti républicain est « à Trump et à personne d’autre ».

Tous les médias s’engagent dans des rappels (évidents) mais qui ne touchent pas les partisans du président sortant : « deuxième acquittement », « fracture du parti républicain », etc… Or on sait que cette fracture est ancienne dès lors que Trump avait fait une OPA sur le parti en 2015 lors de la primaire d’investiture présidentielle.

Il avait mis à plat les dogmes républicains (commerce ou le déficit fédéral) et a lancé une révolution qui n’avait pas été comprise à l’époque : une réduction de la fiscalité la défense de la liberté religieuse et surtout la protection du droit de procéder des armes à feu, et à combattre l’avortement tout cela sous la coupe d’une centaine de juges nommés par lui et voués à protéger ces lois.
Ce sont changements profonds insufflés dans la société américaine qui lors de ces élections présidentielle … perdues, lui ont « apporté » 74,3 millions de voix ce qu’aucun candidat républicain n’a pu avoir.

La tentation d’une nouvelle candidature en 2024 est présente dans les premières paroles de Trump … en dépit de l’âge (il aura alors 78 ans mais ce palier n’a pas empêché Biden d’être élu). Il va se lancer dans la préparation d’un mouvement politique qui mettra aux pas le GOP, c’est ce qu’a compris les sénateurs qui ont refusé de le condamner.

Donc rendez-vous pris pour 2024, pour lui ou un membre de sa famille, l’établissement des dynasties est une pratique courante outre atlantique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. AccepterEn savoir plus