La Chine construit une base de données géante

Comment vont être utilisées les données personnelles de millions de personnes dans le monde?

0 8

Hsiao Ying Tsai

Un jour en 2019, chercheur américain Christopher Balding, professeur d’économie, à l’Université de Pékin, reçoit accidentellement une grande quantité de data et d’ informations d’une énorme base de données collectée par une entreprise chinoise.

Cette base de données contenait  entier, y compris des dirigeants politiques, des dignitaires militaires, des entrepreneurs et des artistes.

À cette époque, Balding étudiait le fonctionnement du géant chinois de la technologie Huawei. Alors le professeur et une société spécialisée dans la sécurité réseau (Internet 2.0, ) se sont mis à étudier et analyser l’ensemble de ces données.

C’est le 13 septembre 2019 qu’il vont publier les résultats de l’analyse de certaines données.

Sous le nom de “Overseas Key Information Database” (OKIDB, cette base contient des informations sur environ 2,4 millions de personnes et 650 000 sociétés et organisations.

L’objectif est de fournir aux clients (militaires, gouvernementaux et commerciaux) chinois des informations sur les affaires de ces individus ou sociétés répertoriés : genre opinions, chiffres d’affaires, détails des infrastructures, mais également les déploiements militaires dans divers pays, ainsi que des analyses des opinions publiques.

Les analyses de cette base jusqu’à ce jour, ont mis en évidence les données personnelles de 250 000 personnes comprenant 52 000 Américains, 35 000 Australiens, 10 000 Britanniques et 5 000 Canadiens.

Ces données comprennent non seulement des politiciens et des hommes d’affaires de renommée mondiale, des noms connus dans le secteur des sciences et de la technologie, des universitaires, des propriétaires de banques, des journalistes et des avocats, mais aussi des membres de leur famille, (comme la fille de 11 ans du premier ministre canadien Trudeau), et des reportages, les casiers judiciaires de personnes impliquées dans des affaires.

Ces données ont été récoltées sur Twitter, Facebook, LinkedIn et même des comptes TikTok.

Le Washington Post a souligné que cette base de données comprend également des informations sur les porte-avions USS Eisenhower et Nimitz et les officiers associés, y compris l’ancien chef des opérations de l’US Navy John M. Richardson et d’autres.

Balding a déclaré que les données semblent être utilisées pour des opérations de renseignement et d’influence contre des individus et des institutions.

Cette découverte confirme pour la première fois les rumeurs selon lequels la Chine a collecté une grande quantité de données personnelles étrangères pour manipuler l’opinion publique étrangère et lancer une guerre psychologique pour influencer et contrôler les affaires étrangères.

Il a déclaré: “Ils semblent cibler certains leaders d’opinion publique qui ont une influence sur les politiques, tels que les groupes de réflexion et les proches de personnalités politiques. S’ils parviennent à cibler ces personnes et à changer leurs politiques, ils transformeront certaines politiques envers la Chine et cela peut causer des dommages évidents à long terme. ”

Bien que la plupart des données proviennent principalement de données publiques « open sources » : les médias sociaux et les données de réseau, la valeur de ces données est énorme au sens large de renseignement.

Cette base de données a été créée par la société peu connue Shenzhen Zhenhua Data Information Technology Co., Ltd., créée en 2017 elle a ses bureaux à Shenzhen et à Pékin. La page d’accueil de la société www.china-revival.com a été supprimée il y a peu de temps.
L’historique du site Web montre que la société décrit sa mission comme «la récolte de données mondiales et l’aide au grand développement de la nation chinoise».
Ces archives ne montrent pas que Zhenhua est contrôlée par le gouvernement chinois, mais les activités de l’entreprise sont inextricablement liées au gouvernement chinois.
Par exemple, l’un des partenaires de la société est « Tors Information Technology Co., Ltd. », or les clients de Tops comprennent le Bureau général du Comité central du Parti communiste chinois, le Bureau général du Conseil d’État, le ministère chinois des Affaires étrangères, le ministère de la Sécurité publique et d’autres départements gouvernementaux.

Certains analystes ont déclaré qu’il n’est pas surprenant qu’une entreprise privée collecte des données détaillées sur des personnalités éminentes du gouvernement, de l’industrie, de la finance et du monde universitaire, mais ce qui compte, c’est la manière dont les données seront utilisées.
Arun Vishwanath, directeur de la technologie chez « Avant Research Group », une société de conseil en cybersécurité, a déclaré «Il y a deux préoccupations concernant les opérations de données d’une telle ampleur et portée. L’une est la propagande, la diffusion d’informations et les mensonges. L’autre qu’elle peut servir à des attaques ciblées, qui peuvent avoir des conséquences diverses. ”
Les experts en cybersécurité avertissent le public du monde entier qu’il faut faire du bon travail en matière d’hygiène numérique, affirmant que c’est la clé pour se protéger de l’espionnage chinois ou …autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. AccepterEn savoir plus