La Chine sévit contre les Ouïghours: silence des pays arabes et musulmans

Des camps de concentration, destruction de mosquées, rééducation forcée

0 374

Hsiao Ying Tsai:

Ce qui est remarquable est que la persécution culturelle et ethnique subie par les Ouïghours au Xinjiang en Chine n’a pas suscité d’indignation publique des pays musulmans dans le monde. De nombreux pays musulmans ont gardé le silence sur le mauvais comportement de la Chine.

Des médias indiens ont souligné que l’Arabie saoudite, qui se vante d’être le grand frère du monde musulman, n’a jamais cité le drame des Ouïghours du Xinjiang, et les remarques antichinoises ne peuvent de toutes les manières être publiées.

Le 24 de septembre l’« L’Australian Strategic Policy Institute » (ASPI) a publié les derniers résultats de recherche de la base de données en ligne du « Xinjiang Data Project ».

Il apparaît de cette étude que l’affirmation du gouvernement chinois en décembre 2019 selon laquelle «tous les stagiaires ouïghours ont terminé leurs formations » au Xinjiang est fausse.

Il a été découvert que Pékin avait établi plus de 380 camps de concentration dans le Xinjiang et avait continué à construire au moins 100 nouveaux centres de détention au cours des 9 derniers mois.

Selon cette étude, il a également été souligné que les autorités chinoises avaient démoli 16 000 mosquées au Xinjiang ces dernières années, conformément aux politiques gouvernementales.

Ce nombre est calculé à partir d’images satellites et de modèles statistiques des centaines de lieux saints religieux musulmans.

Selon les données d’enquête de « The Guardian » publiées en 2019, le Parti Communiste Chinois (PCC) avait déjà détruit entre 10 000 et 15 000 mosquées au cours des trois dernières années, ce qui représentait 70% du nombre total de mosquées au Xinjiang.

Selon un rapport de l’Institut de recherche sur les politiques stratégiques, près d’un tiers des lieux saints islamiques importants du Xinjiang ont été rasés, notamment des mausolées sacrés, des cimetières et des routes de pèlerinage.

Mosquée …avant et après

De nombreuses mosquées qui ont échappé au sort de la démolition ont également vu leurs dômes et leurs minarets enlevés.

On estime qu’il y a moins de 15 500 mosquées restées intactes et ou peu endommagées dans tout le Xinjiang. Il s’agit du plus petit nombre de mosquées au Xinjiang depuis la révolution culturelle des années 60.

Afin de détruire les croyances spirituelles des musulmans ouïghours du Xinjiang, le PCC a prévu de promouvoir le mouvement de réformes de la religion musulmane.

En 2016, la mosquée Tokul à Atushi, ville de Xinjiang a été détruite et ses lieux de culte ont été détruits, l’intérieur a été transformé en toilettes publiques, ce qui est considéré comme une démonstration des mesures du PCC pour humilier les Ouïghours et d’autres minorités musulmanes.

Les chercheurs ont également utilisé des images satellites, des comparaisons avec les témoignages de détenus et d’autres données du programme de suivi pour identifier les camps de détention du Xinjiang.

Les autorités du Xinjiang ont construit environ 380 installations centres d’incarcération, y compris des camps de rééducation, des centres de détention et des prisons au Xinjiang depuis 2017, et continueront d’investir dans la construction de nouvelles installations d’incarcération en 2019 et 2020, ce qui représente au moins une augmentation par rapport à l’enquête précédente..

Ces 380 centres de détention sont utilisés pour emprisonner des Ouïghours et d’autres minorités musulmanes, et 50% d’entre eux sont des établissements avec des niveaux de sécurité plus élevés.

L’institut de recherche estime avoir identifié avec succès la plupart des camps de détention du Xinjiang et divisé les centres d’incarcération en quatre catégories et cela en fonction du niveau de sécurité. Il y a généralement des usines et des entrepôts autour des “camps de rééducation”, ce qui montre qu’un grand nombre d’Ouïghours ont été progressivement transférés vers des usines au cours des derniers mois.

L’analyse de l’Institut a souligné qu’en plus d’être étroitement liés au travail forcé, les «camps de rééducation» ont différents niveaux de contrôle sur les prisonniers. Environ la moitié des camps de détention agrandis ou nouvellement construits sont des prisons de haute sécurité, qui sont les mêmes que celles décrites par différents rapports et les survivants des camps de détention, c’est-à-dire qu’un grand nombre de personnes qui ne parviennent pas à réaliser « des progrès » satisfaisants comme voulus par les communistes dans les camps de rééducation y seront transférés.

Être détenu dans une prison de niveau de sécurité supérieur signifie également que certains Ouïghours qui étaient à l’origine dans le camp de rééducation vont être complètement isolés de la société extérieure.

L’expert du Xinjiang, James Leibold, a souligné que bien que certains Ouïghours soient rentrés chez eux, le gouvernement local continue de surveiller chacun de leurs mouvements avec des applications sur le portable… qu’ils ne peuvent pas ne pas accepter.

Le gouvernement chinois a toujours nié l’existence de camps de concentration et décrit ces installations comme «des sites de formation professionnelle et de rééducation pour réduire la pauvreté et contrer la menace du terrorisme». Il a également été affirmé en décembre 2019 que la plupart des stagiaires du camp de rééducation avaient tous terminé leurs études et étaient retournés dans la société.

Lei Guojun a déclaré qu’il espérait que cette base de données puisse fournir plus de preuves pour prouver comment le Parti communiste chinois promeut ces violations des droits de l’homme au Xinjiang, et pourra persuader les décideurs du monde entier de prendre davantage de mesures qui oblige le gouvernement chinois à renoncer à violer ces droits élémentaires.

Cependant, l’indignation des pays arabes et musulmans est absente, quant à la Turquie, le leader légitime autoproclamé du monde musulman ces dernières années, les personnes qui fuient la Chine sont traduites en justice et renvoyées en Chine. La Malaisie a déclaré qu’elle ne critiquerait pas la Chine.
Le Pakistan a prétendu ignorer l’oppression au Xinjiang, en Chine. L’Iran embellit même les pratiques perverses de la Chine, affirmant que la Chine aide à servir le monde musulman en réprimant les Ouïghours.

Pékin a investi beaucoup d’argent pour gagner la faveurs des pays en crise économique comme le Pakistan et l’Iran, et met l’accent dur sa puissance maritime dans l’océan Indien, obligeant ces deux pays musulmans à fermer les yeux sur le sort des Ouïghours du Xinjiang.

Pékin s’est engagé à fournir au Pakistan une aide d’environ 70 milliards de dollars pour aider à construire le corridor économique sino-pakistanais. En outre, Pékin a également généreusement fait des dons à l’Iran, qui a été frappé par les sanctions de Washington et l’épidémie de COVID-19.

En juillet de cette année, le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a annoncé la reprise du partenariat stratégique entre les deux pays, qui comprenait 600 milliards de dollars américains de commerce et d’investissement.

Sur le plan international, les habitants des pays non musulmans de l’Est et de l’Ouest sont surpris par l’indifférence et le silence du monde musulman à l’égard du sort des Ouïghours.

Pour aggraver les choses, au début du mois de juillet de cette année, l’Arabie saoudite, l’Iran, l’Égypte et le Pakistan ont signé une déclaration de soutien à la Chine avec une quarantaine de pays lors de la quarante-quatrième session du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, qui a salué la lutte de Pékin contre le terrorisme.

Et le terrorisme est l’excuse épouvantail du PCC pour sévir contre les Ouïghours.

中国拆除新疆1万6千座清真寺   穆斯林国家无动于衷
中国政府2019年12月宣告新疆「培训学员已全部结业」,不过,澳大利亚战略政策研究所 (Australian Strategic Policy Institute, ASPI)9月24日發表最新的新疆数据计画网路资料库研究结果,却指出,北京已在新疆建立超过380座集中营,且在过去9个月内持续加盖至少100座新的监禁设施,25日又依此研究指出,中国当局近年来在新疆拆除了1万6千座清真寺。
研究所的报告根据数百个宗教圣地的卫星图像及统计模型估算,新疆约有1万6000座清真寺依照政府政策遭到破坏或拆毁,这是中共为摧毁新疆维吾尔穆斯林的精神信仰,有计画推动清真寺整改(Mosque Rectification)运动的结果。
这个数据也符合2019年英国卫报(The guardian)的调查资料,卫报指出,过去3年来中共所摧毁的清真寺多达1万到1万5000座,佔新疆清真寺总数的7成。澳大利亚战略政策研究所的报告也证实,多数破坏事件發生在过去3年间,估计有8500座清真寺全毁。
根据战略政策研究所的报告,新疆重要的伊斯兰圣地有将近1/3被夷为平地,包括圣陵、墓地和朝圣路线。许多逃过拆除命运的清真寺也被移除了圆顶及宣礼塔,估计新疆各地完好及只有受损的清真寺不到1万5500座,是新疆自1960年代文化大革命以来,清真寺数量最少的时期。
2016年阿图什市的托库勒清真寺(Tokul mosque)被捣毁,破坏其敬拜场所,2年后还将内部改为公厕使用,这个举动被认为是幼稚举措,彰显中共羞辱维吾尔人和其他穆斯林少数民族。
研究人员还利用卫星图片找出新疆拘留营。自2017年起新疆当局建造了约380座监禁设施,包含再教育营丶拘留中心以及监狱,并在2019年与2020年仍持续建造新的监禁设施,较上一次的调查,至少增加了100座。
这380座监禁设施是用来囚禁维吾尔族人,及其他穆斯林少数族裔,有50%是安全级别较高的设施,也有不少拘留营位处当地工业园区附近,之前已有不少情报指出,中国当局针对维族人“强迫劳动”。
研究所相信,他们已成功辨识到新疆地区内大部份拘留营,并依照监禁设施的维安程度,分成四个级别。第一个级别的监禁设施是维安级别最低的监禁设施,大多是将已存在的建筑物翻修成监禁设施。周围通常都有工厂、仓库,显示大量的维吾尔人在过去几个月逐渐被转往工厂工作。
第二个级别的监禁设施通常会包含很多栋外观一样的建筑物。澳大利亚战略政策研究所的团队评估,第二级的监禁设施大多用来关押维吾尔人与其他少数民族。
第三个级别的监禁设施的主要目的是要将被新疆政府视为「危险份子」的人与社会隔绝,所以这些设施多半被数层高牆丶布满铁丝网的围栏与数个瞭望塔所包围。第四个级别的监禁设施是传统的监狱,关押被正式判刑入狱的维吾尔人。
研究所的分析指出,“再教育营”除了与强迫劳动息息相关,对囚犯的控制程度也有所不同。约一半扩建或新兴建的拘留营,为高设防监狱,大量没能在再教育营中达到令人满意进度的人,会被转移到维安层级较高的监狱拘禁。
研究所的分析显示,大量被关押于再教育营的维吾尔人已被当地政府透过不同形式转移至其他地方。新疆议题专家雷国俊(James Leibold)就指出,虽然部分维吾尔人已回到家中,但当地政府仍继续监控他们的一举一动。
中国政府始终否认集中营的存在,还将这些设施描述为“减少贫困和应对恐怖主义威胁的职业培训和再教育场所”。2019年12月还声称大多数再教育营的学员都已经全部结业, 重返社会。
雷国俊表示,他希望这个数据库能够提供更多证据,证明中国共产党如何在新疆推动这些侵犯人权的事,并希望这个数据库能够说服全球各国的决策者能对中国政府采取更多反制措施。
不过,新疆维吾尔人遭受的文化与民族迫害,却没有激起世界上穆斯林信仰国度的公愤,许多穆斯林信仰国家对中国的恶劣行为沉默以对。连印度媒体都指出,自吹自擂是穆斯林世界老大哥的沙特阿拉伯,却从来没有为新疆维吾尔人说过话,反中言论说不出口。
而土耳其这个自封为穆斯林世界的合法领导人,会将逃离中国的民众绳之以法,送回中国。马来西亚表示,不会批评中国,因为中国对于批评者,向来不会好言相向。
北京投入大量金钱拉拢危机国家如巴基斯坦、伊朗,为中国在印度洋培植海权势力,导致这两个穆斯林国家对新疆维吾尔族命运置若罔闻。
北京承诺提供巴基斯坦约700亿美元援助,帮助建设中巴经济走廊,因此,巴基斯坦假装无视于中国对新疆为族人的压迫情事。另外,对于受到华盛顿制裁和COVID-19疫情打击的伊朗,北京也慷慨解囊。今年7月间,伊朗外长穆罕默德·贾瓦德·扎里夫(Mohammad Javad Zarif)宣佈重启两国的战略伙伴关係,囊括6千亿美元的贸易和投资额, 换来的是伊朗美化中国恶行,说中国透过压制维吾尔人,来帮忙服务穆斯林世界。

国际上无论是东西方非穆斯林国家的媒体和民众,对穆斯林世界对维吾尔人命运的冷淡与沉默,大大的感到惊讶。更不可思议的是,7月初,沙特阿拉伯、伊朗、埃及和巴基斯坦在第四十四届联合国人权理事会议上,与40个国家一起签署支持中国的宣言,宣言赞扬北京打击恐怖主义,而恐怖主义正是中共当局关押维吾尔人的藉口。

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. AccepterEn savoir plus