Trump Biden: la politique étrangère de l’Amérique

Un aperçu de leurs différences en matière de politique étrangère: la Chine, l'Iran, Israêl, N-Corée, l'Otan ...

0 4

Presse-Net (Paris)

Le président républicain Donald Trump a remporté les élections en 2016 en promettant de mettre  : “We will make America strong again. We will make America proud again. We will make America safe again. And we will make America great again” (« Nous allons rendre sa force à l’Amérique. Nous allons rendre sa fierté à l’Amérique. Nous allons rendre sa sécurité à l’Amérique. Et nous allons rendre sa grandeur à l’Amérique »)

Lors des élections du 3 novembre, il affrontera l’ancien vice-président démocrate Joe Biden, qui s’engage à restaurer le leadership mondial des États-Unis et à annuler de nombreuses actions de Trump.

Voici un aperçu de leurs différences en matière de politique étrangère:

CHINE

Sous Trump, les relations américano-chinoises ont glissé à leur niveau le plus de l’histoire récente, et cela sur un large éventail de questions.

Trump dit qu’il est le premier président depuis des décennies à tenir tête à Pékin, et sa campagne accuse Biden d’apaiser la Chine alors que les emplois manufacturiers aux États-Unis diminuent.

Biden a rétorqué que la gestion par Trump de la pandémie de coronavirus était une bévue historique et qu’il n’avait pas tenu compte des avertissements du renseignement américain sur la Chine en minimisant la gravité de la diffusion du Covid-19.

Trump a commencé une guerre commerciale avec la Chine avant de conclure la phase 1d’un accord commercial partiel en janvier. Mais depuis il a fermé la porte aux négociations de la phase 2, se déclarant mécontent de la gestion de la pandémie par Pékin.

Biden fait valoir que la Chine regarde d’un bon œil une administration Trump chaotique, qui a aliéné les alliés historiques des États-Unis et le fait qu’ils ne jouent plus le rôle de leadership dans les institutions mondiales.

Biden dit qu’il corrigera cela en exerçant une pression multilatérale sur la Chine par le biais de relations renouvelées avec les alliés des américains.

IRAN

Trump a remis en question le principe des interventions militaires américaines au Moyen-Orient, en particulier l’invasion de l’Irak en 2003. Il s’est retiré de l’accord sur nucléaire conclu sous le président Barack Obama avec l’Iran, les alliés européennes et la Russie. Ce qui a poussé Téhéran à reprendre une activité d’enrichissement limitée, et à créer une fissure dans les rangs du Groupe des six (Usa, Russie, Allemagne, France, Grande-Bretagne et l’Onu).

Mais Trump a envoyé plus de troupes américaines dans la région après que leur retrait ait accru les tensions dans la région surtout avec l’Iran.

Biden a déclaré qu’il traiterait avec l’Iran par la diplomatie et retournerait dans l’accord, mais seulement si l’Iran recommençait d’abord à se re-conformer aux restrictions de l’accord sur son programme nucléaire.

Après que des pro-iraniens et les forces américaines se soient affrontés en Irak, Trump a ordonné une frappe en janvier qui a tué le puissant commandant iranien Qassem Soleimani.

Biden a déclaré que cette attaque “a mis les États-Unis et l’Iran sur une trajectoire de confrontation » et propose une concentration plus étroite de l’armée américaine dans la région pour combattre le terrorisme et cela en s’appuyant sur les alliés locaux.

YÉMEN

Biden veut mettre fin au soutien américain à la guerre de l’Arabie saoudite au Yémen, tandis que Trump défend cette guerre menée par les alliés des EU Arabie saoudite et Émirats Arabes Unis.

CORÉE DU NORD

Trump a rencontré le leader de la Corée du Nord, Kim Jong Un, à trois reprises entre 2018 et 2019, mais ses efforts pour amener Kim à abandonner le programme d’armes nucléaires n’ont pas abouti et sont au point mort.

Biden a accusé Trump de céder le prestige américain et les pressions sur le régime nord-coréen sans résultats et pour peu en retour et a déclaré qu’il ne rencontrerait pas Kim sans conditions préalables.

AFGHANISTAN

Trump a déclaré qu’il souhaitait un retrait militaire complet d’Afghanistan pour mettre fin à la plus longue guerre américaine.

En février, l’administration Trump a conclu un accord avec les talibans sur des réductions progressives des forces américaines.

Les négociateurs afghans et talibans ont tenu leurs premiers pourparlers directs le 15 septembre.

Biden pour sa part affirme qu’il ramènera la grande majorité des troupes américaines d’Afghanistan à la maison et y concentrera la mission des forces américaines sur la lutte contre Al-Qaïda et l’État islamique.

ISRAËL

Comme tous les anciens présidents, Trump s’est engagé à assurer la paix entre Israël et les Palestiniens. Mais, comme auparavant, cet objectif s’est avéré insaisissable.

Son administration a transféré l’ambassade américaine à Jérusalem en 2018, ce qui a constitué un changement avec la politique américaine depuis des lustres, et a conduit à une rupture avec les Palestiniens, mais surtout une manifestation de soutien au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

L’année suivante, l’administration a officiellement reconnu la souveraineté israélienne sur les hauteurs du Golan, qu’Israël a capturée à la Syrie en 1967, encore une rupture avec une politique américaine de longue date, et qui va à l’encontre du droit international et des décisions des Nations Unies.

Mais en août, lors d’une rare victoire de la diplomatie américaine dans la région depuis des décennies, Trump a négocié un accord entre Israël et les Émirats arabes unis, qui ont accepté de normaliser les relations diplomatiques. Israël a déclaré qu’il suspendrait les annexions prévues de certaines parties de la Cisjordanie occupée. Bahreïn a rejoint les Émirats arabes unis en septembre pour accepter de normaliser ses relations.

Biden a salué les accords et a déclaré que s’il était élu, il «tirerait parti de ces liens croissants pour progresser vers la solution des deux États» au Moyen-Orient.

LES ALLIANCES (OTAN)

Trump a quitté l’accord de Paris sur le climat tandis que Biden le rejoindrait.

Biden accuse Trump d’avoir causé des dommages au leadership américain et à la crédibilité de l’OTAN, et promet de renforcer les alliances des EU avec l’OTAN, ce qui annulerait les dégâts infligés par Trump à cette alliance.

Le président avait refusé de critiquer le dirigeant russe Vladimir Poutine, même lorsque les responsables du renseignement américain ont conclu que l’armée russe était intervenue dans l’élection présidentielle de 2016.

Biden a averti que la Russie, la Chine et d’autres qui tentent d’interférer dans les élections américaines subiront de graves conséquences s’il est élu.

Trump a annoncé en juin qu’il réduirait le nombre de soldats américains en Allemagne d’environ 9500, ce qui a suscité des critiques de la part des démocrates et de leurs compatriotes républicains qui soutiennent que l’alliance américano-allemande aide à contrer l’influence de la Russie et de la Chine.

Les proches de Biden disent que Biden remettra en question cette décision en tant que président.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. AccepterEn savoir plus