Chine: premier brevet pour un vaccin expérimental contre le COVID-19

0 1

La Chine a récemment accordé son premier brevet de vaccin contre le COVID-19 pour un vaccin expérimental développé conjointement par l’Académie des sciences médicales militaires et la société chinoise de biotechnologie CanSino Biologics, une décision qui valide et protège l’innovation dans le développement de vaccins du pays.

Le candidat vaccin à vecteur adénovirus s’est avéré sûr et capable de déclencher une réponse immunitaire dans les première et deuxième phases des essais cliniques. Cependant, le vaccin, ainsi que quelques autres candidats prometteurs, doivent terminer la troisième et plus grande phase d’essais avant d’obtenir l’approbation du marché, bien qu’une certaine marge de manœuvre sera offerte pour accélérer le processus, selon des documents publiés la semaine dernière par l’Administration nationale des produits pharmaceutiques.

La demande du brevet nouvellement délivré a été soumise le 18 mars et a été approuvée le 11 août, selon le document de brevet publié sur le site Internet de l’Administration nationale de la propriété intellectuelle.

Des études animales ont démontré la capacité du vaccin à réduire les quantités virales dans les poumons et à induire une immunité appropriée. En outre, « le vaccin peut être fabriqué de manière rapide et pratique et peut être produit en masse en peu de temps pour faire face à des flambées soudaines », indique le document.

Ma Yide, professeur dans le domaine de la propriété intellectuelle à l’Université d’économie et de droit de Zhongnan, à Wuhan (province du Hubei), a déclaré : « L’approbation de brevets vise à protéger la créativité d’un nouveau produit ou d’une nouvelle technologie. Que ce brevet ait été accordé signifie que le développement du vaccin expérimental a atteint des progrès substantiels en termes d’innovation ».

« Cette décision contribuera également à empêcher la contrefaçon, l’utilisation abusive et l’imitation des derniers progrès scientifiques dans la recherche sur les vaccins dans un cadre juridique, et à freiner l’influence négative d’un tel comportement sur la lutte contre l’épidémie », a-t-il ajouté.

Selon M. Ma, la Chine se concentre depuis longtemps sur la fabrication de médicaments génériques, ce qui a entraîné moins de brevets dans le secteur de la biomédecine par rapport aux puissances mondiales de recherche sur les médicaments.

« Le développement d’un vaccin chinois contre le nouveau coronavirus (COVID-19) est une action historique, et cette fois, le principal organisme de réglementation de la propriété intellectuelle a agi très rapidement et avec force pour offrir une protection juridique », a-t-il déclaré.

Le vaccin concerné, baptisé « Ad5-nCoV », a été le premier à entrer dans les essais cliniques de première phase en Chine en mars, ainsi que le premier à entamer les essais de deuxième phase dans le monde le 12 avril. Il utilise un virus du rhume affaibli pour introduire du matériel génétique provenant du COVID-19 dans le corps humain et ainsi entraîner le corps à produire des anticorps capables de combattre le virus.

Selon une étude publiée le 20 juillet dans la revue médicale The Lancet, l’essai clinique de phase deux impliquant 508 participants montre que le vaccin est sûr et génère des anticorps chez presque toutes les personnes ayant reçu des doses efficaces.

L’essai clinique de phase trois sera mené à l’étranger et est actuellement en cours de préparation, mais les développeurs du vaccin expérimental n’ont pas encore annoncé un calendrier ou un lieu précis pour l’essai.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. AccepterEn savoir plus