Égypte: faillite du système de santé

Scandale: Le manque d’oxygène dans les hôpitaux cause la mort

0 4

(L’Orient le Jour)

Seuls les téléphones qui ne disposent pas de caméra seront désormais autorisés au chevet des patients égyptiens. C’est la réponse des autorités au triple scandale qui a éclaté dans les hôpitaux du pays. Certaines familles l’ont appris par hasard, parfois alors qu’elles tentaient, sans succès, d’entrer en contact avec des proches hospitalisés. Depuis hier, il est demandé aux patients de remettre, à l’entrée, leur téléphone pour toute la durée de leur séjour. Une demande formulée suite à la décision du ministère de la Santé interdisant l’usage des téléphones portables à l’intérieur des établissements sanitaires.

La décision intervient quelques jours après que plusieurs scandales liés au manque d’oxygène dans les hôpitaux ont éclaté à travers le pays. Le 2 janvier, une vidéo filmée à l’hôpital de Zafta, dans le gouvernorat d’al-Gharbiya, fait le tour des réseaux sociaux. L’oxygène aurait été coupé des appareils, provoquant deux décès. Même scénario le lendemain dans l’unité de soins intensifs réservée aux patients Covid de l’hôpital d’al-Husseineya, à quelques heures de la capitale égyptienne, dans le gouvernorat d’al-Charkia. Le manque d’oxygène aurait provoqué la mort de quatre patients. Le troisième scandale a lieu à Kafr al-Cheikh, à une centaine de kilomètres du Caire. Le directeur de l’hôpital Hamoul a publié sur Facebook un appel pour obtenir davantage d’unités d’oxygène. Il fera l’objet d’une enquête de la part du gouverneur de la région. « Trois incidents désastreux en moins de 48 heures », résume Oussama Gaweesh, dissident politique en exil à Londres, journaliste et ancien médecin.

 

Pour mémoire

Sissi à Paris, ou le retour de la lune de miel

 

« Tous les patients de l’unité de soins intensifs sont morts, il n’y a plus que le personnel médical qui est vivant. Il n’y a plus d’oxygène », s’écrie Ahmad Mamdouh, dans la vidéo tournée le 3 janvier à al-Husseineya depuis son téléphone portable alors qu’il est en visite auprès de sa tante hospitalisée, qui décédera après une chute de son taux d’oxygène à moins de 2 %. L’homme sera interrogé puis détenu pendant plus de 24 heures pour avoir pénétré de manière irrégulière et suscité la panique au sein de l’unité de soins, avant d’être libéré lundi soir par les services de sécurité.

La vidéo d’Ahmad Mamdouh fait rapidement le tour des réseaux sociaux et des plateaux de télévision, provoquant la colère des Égyptiens. La photographie d’une infirmière choquée, à terre, secoue l’opinion et devient le symbole d’un système au bord de l’effondrement. Derrière la crise de l’oxygène, c’est également la pénurie de médicaments, le manque d’équipements ou la saturation des services de santé qui sont montrés du doigt. Tout aussi révélateur du fonctionnement : l’infirmière photographiée aurait été renvoyée de son poste, accusée « d’instabilité émotionnelle » et d’« inaction ».

Les autorités nient pourtant les faits et tentent de masquer l’incident, du moins dans un premier temps. Le ministère de la Santé reconnaît la mort des quatre patients de l’hôpital d’al-Husseineya. Mais la version officielle dément le problème d’oxygène. « Les patients sont morts à des moments différents, la plupart d’entre eux étaient âgés et souffraient de maladies chroniques et de complications suite au coronavirus, ce qui a mené à la détérioration de leur état de santé et à leur décès », indique le communiqué ministériel publié dimanche. Pour le ministère, les Frères musulmans seraient à l’origine de ces « rumeurs », et la survie d’autres patients connectés aux mêmes réseaux d’oxygène serait la preuve que les décès ne sont pas liés à une pénurie d’oxygène.

Négligence, corruption, faillite

Deux jours après le scandale, la ministre de la Santé Haya Zayed fait pourtant volte-face. Elle revient sur le démenti initial en reconnaissant l’existence d’une crise d’oxygène dans les hôpitaux et annonce la mise en place d’un nouveau système numérique centralisé afin de contrôler les niveaux d’oxygène. Le porte-parole du ministère, Khaled Moujahed, annonce de son côté que les réserves en oxygène dans chaque hôpital seront désormais maintenues à un minimum de 12 heures, pour une occupation maximale. « C’est la preuve que le gouvernement a admis le problème et a essayé d’y remédier, mais trop tard », déplore Oussama Gaweesh.

Le déroulement exact des faits dans les hôpitaux concernés, ce début janvier, est pourtant difficile à confirmer. Les témoins, comme le personnel médical, ont peur de prendre la parole dans un pays où plus de 60 000 personnes sont actuellement emprisonnées pour avoir exprimé une opinion critique. Depuis le début de la crise du Covid-19, plusieurs médecins s’étant exprimés quant aux déficits du secteur médical ont été arrêtés et emprisonnés.

Mais les témoignages rapportés, parfois anonymement, permettent de reconstituer les faits. Comme dans les incidents du week-end passé, où les propos recueillis par les médias locaux et internationaux concordent pour confirmer les décès précipités, la panique généralisée et le manque d’oxygène. « La manière la plus sûre de critiquer le régime reste parfois les réseaux sociaux. Quelques minutes seulement après le désastre d’al-Husseineya, des centaines de milliers de personnes partageaient des tweets sur ce qu’il s’est passé », estime Oussama Gaweesh. Au-delà de l’incident, le scandale est pour beaucoup révélateur d’une crise plus profonde. « En tant qu’ancien médecin, je résumerais ce qu’il s’est passé en trois mots : négligence, corruption et faillite », observe Oussama Gaweesh. La fatigue d’un système exsangue, privé de moyens matériels, financiers et humains, rendant les erreurs fatales de plus en plus courantes. Malgré les avertissements répétés du personnel médical, notamment d’une partie des médecins qui se mettent en grève pour protester contre le manque de moyens, l’épidémie de Covid-19 apporte un coup fatal au secteur, aggravant encore davantage sa fragilité et la précarité du personnel. Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, arrivé au pouvoir en 2014 à la faveur d’un coup militaire, avait pourtant fait du secteur de la santé l’une de ses priorités, promettant de mettre les réformes au cœur de son programme politique et de gonfler le budget de la santé jusqu’à 3 % du PIB annuel, soit le double du montant de l’époque. Les crises sécuritaire, notamment dans le Sinaï, et économique ont balayé ces bonnes résolutions et redistribué les priorités. « Le budget accordé à la santé en 2019-2020 n’était que de 1,2 % du PIB, comparé à une moyenne internationale de 9,1 % selon l’OMS », souligne Oussama Gaweesh. Le gouvernement a pourtant emprunté au moins sept fonds différents auprès d’organisations internationales telles que le FMI ou la Banque mondiale afin de faire face à la pandémie, rappelle-t-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. AccepterEn savoir plus