Pour les Émirats: L’armée turque au Qatar est un élément d’instabilité

Qatar: l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l'Égypte ont voulu nous envahir

0 205

L’armée turque au Qatar est un élément d’instabilité dans la région du Golfe, a déclaré un haut responsable des Émirats arabes unis, ajoutant qu’elle contribuait à une polarisation négative.
Les EAU et leurs alliés arabes ont imposé un boycott au Qatar depuis la mi-2017 et avaient exigé que Doha ferme une base militaire turque, parmi leurs conditions pour mettre fin à la fracture. Abu Dhabi et Ankara soutiennent également des camps opposés dans le conflit libyen.
«La présence militaire turque dans le golfe arabe est une urgence», a déclaré samedi sur Twitter Anwar Gargash, ministre d’État des Affaires étrangères des Émirats arabes unis.
«Il renforce la polarisation et ne prend pas en compte la souveraineté des États et les intérêts des pays du Golfe et de leur peuple.»
Les États-Unis, à la recherche d’un front uni du Golfe contre l’Iran, ont tenté de résoudre le conflit dans lequel l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l’Égypte , ont rompu leurs liens politiques, commerciaux et de transport avec le Qatar en raison d’accusations selon lesquelles Qatar soutiendrait les franges islamistes et se rapproche de l’ennemi régional de ces pays: l’Iran .
Doha, qui héberge déjà, la plus grande base militaire américaine de la région, nie les accusations et affirme que le boycott vise à empiéter sur sa souveraineté et la mettre sous la coupe des deux princes MBZ (dauphin des EAU) et MBS (l’homme fort de l’Arabie saoudite) .
Le 9 septembre, le plus haut diplomate du département d’État pour le Moyen-Orient, David Schenker, a déclaré qu’il pourrait y avoir des progrès dans la résolution de cette fracture d’ici quelques semaines, citant des signes de «flexibilité dans les négociations», avant les élections américaines, ce qui pourrait constituer une nouvelle victoire diplomatique pour Trump à la veille des élections.
Des diplomates et des sources du Golfe ont confirmé les pourparlers entre Riyad et Doha après des négociations qui ont échoué au début de cette année, mais sans annoncer de signes d’une certaine percée.
Dans un récent documentaire diffusé sur Al Jazeera, le ministre d’État et de la Défense du Qatar a accusé le ces quatre pays d’avoir planifié d’envahir le Qatar, une accusation qu’ils ont démentie dans le passé.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. AccepterEn savoir plus